Contributions sur ce sujet

[Entretien] Francophonie et influence : Comment doper la compétitivité des territoires francophones ?

Entretien avec Claude Revel : "Les francophones semblent moins sensibilisés aux questions d’influence, de récit et de soft power, que certains blocs concurrents comme les Anglo-saxons par exemple. Nous nous améliorons, mais du chemin reste à parcourir, au niveau territorial et au niveau national. Développer un récit attractif sur les territoires francophones, c’est la grande œuvre à faire."

[Événement] Francophonie et influence, d’aujourd’hui à demain

L'Histoire montre que le lien entre influence, puissance et langue est complexe. Aujourd’hui, le nombre de locuteurs francophones dans le monde est en croissance : de 321 millions en 2022, les prévisions les plus optimistes estiment qu'ils seront 600 millions d’ici 2050. Néanmoins, la francophonie a récemment connu une série de déconvenues sur la scène internationale. Aussi importe-t-il de se demander si, dans des domaines aussi variés que la politique, l'économie, la culture, l'éducation et le sport, la francophonie restera à l'avenir un vecteur d’influence ou si elle doit au contraire trouver un nouveau souffle.

Doper la compétitivité de la Francophonie économique

Avec 15% de la population mondiale, 16% du produit national brut mondial et 20% des échanges mondiaux de marchandises, la Francophonie économique est une réalité incontestable. Pour se développer encore davantage, il est essentiel qu’elle démontre toujours plus son apport au monde économique. Pour cela, elle doit : 1/ porter ses valeurs maîtresses d’intérêt général et de bien commun, au niveau des États, des organisations internationales, mais aussi de l’élaboration des règles, normes et des standards professionnels ; 2/ agir auprès de toutes les instances internationales, en particulier où sont traités des sujets socio-économiques, comme la santé ou le sport, à la fois sources de forts revenus et de puissance géopolitique ; 3/ représenter une alternative et proposer des solutions adaptées aux nouveaux défis posés par les évolutions économiques et numériques, sans être défensive ou arc-boutée contre d’autres langues ou d’autres systèmes.